French English German Italian Spanish

Sites du patrimoine

Eglise Saint-Pierre-ès-LiensL'église Saint-Pierre-ès-Liens (1742).

La base de la tour date de 1742 et le reste de l'église date de 1842- 1849 (sur les plans de l'architecte Bourdeau de Lannion). Au Nord, se trouve un ancien maître-autel édifié sur les plans de Jacques François Anfray et qui date de 1781 . Le tableau de la Nativité, offert par Napoléon III, date des années 1856. L'église abrite une statue, en bois polychrome, de Saint-Pierre, oeuvre du sculpteur Maurice Bouts et datée du milieu du XXème siècle. Les seigneurs de Coatnévenez, de Kerspert, de Kericuf-Kercabin, de Rocumélen avaient autrefois des prééminences dans l'église paroissiale.

Château de KermezenLe château de Kermezen

En granit et schiste, le château est bâti à l'emplacement d'un manoir du XIIIème siècle dont il subsiste encore quelques vestiges. Il est entouré de bois de haute futaie. La façade du château a fait l'objet d'une première restauration au XVIIème siècle. De nombreuses fenêtres ont été ajoutées à l'édifice lors d'une nouvelle restauration, au cours du XIXème siècle. Une tour de défense percée de meurtrières, située à l'entrée du château, est l'unique vestige du manoir sur lequel est reconstruit le château. Reliée au corps principal par un bâtiment désormais disparu, sa position permet de surveiller les terres à découvert. Une tour similaire est reconstruite de l'autre côté de l'entrée, par souci de symétrie. La pierre du fronton de la porte d'entrée porte les armoiries de la famille de Kermel. Leur devise, 'audacibus audax ', peut se traduire par : je ne cède en rien aux plus braves. La propriété comprend également un pont en acier du début du XXème siècle. Ce pont présente la particularité d'avoir été dessiné par l'architecte de la tour Eiffel, que le comte de Kermel avait rencontré en vacances, alors qu'ils séjournaient dans le même hôtel. Le château et le parc sont privés. Les De Kermel habitent Kermezzn depuis le XVème siècle. Aujourd'hui, 8 générations «De Kermel » se sont succédé sans jamais avoir changé de nom de propriétaire. Le château abrite des chambres d'hôtes.

Manoir de CosquerManoir de Cosquer

Ce manoir en pierre du XVIIème siècle est caractéristique de l'architecture rurale du pays, avec sa tour d'escalier ronde. Son origine remonte aux familles Launay de Toureault, Bourblanc d'Apreville et Cornulier-Lucinière. Avec ses dépendances, il entoure une cour carrée. A proximité du manoir se trouve la chapelle du Folgoat-Pontrod (XVIIème siècle).

Manoir de Coat Névenez :

Le manoir actuel, en granit et en schiste, est rebâti en 1944 sur les ruines d'un manoir du XVIe siècle. Il abrite pendant la Seconde Guerre mondiale des maquisards. Découverts par les Allemands, le manoir et ses dépendances sont incendiés. Une stèle en granit rose de 1944, située à Pabu, rappelle la mémoire des onze maquisards tués le 9 juillet 1944, lors de l'attaque de Coat- Nevenez par des soldats allemands. Le maquis de Coat-Nevenez comptait cent cinquante-cinq résistants.

Les seigneurs de Coatnévenez sont les fondateurs de la Chapelle Saint-Pabu ou Saint Tugdual (XVIIIème siècle), restaurée en 1853.

Manoir de Coat Nevenez

Manoir de Kersaliou :

Le manoir, en granit et schiste du XIVème siècle, présente un imposant porche qui traverse le corps des bâtiments de biais et donne accès à la cour intérieure. Il conserve sa façade, percée de petites ouvertures en plein cintre, et des cheminées anciennes. Le nom de Kersaliou vient du celtique sal, résidence seigneuriale. Les seigneurs des lieux exercent dès le XIIIème siècle une influence prépondérante à la Roche-Derrien,où ils jouissent du droit de basse, moyenne et haute justice.

Manoir de KersaliouManoir de Kersaliou

Manoir de KericuffManoir de Kéricuff :

Le manoir de Kéricuff et l'ensemble bâti qui l'environne représentent un intérêt patrimonial certain. On y observe notamment une grange dont la spécificité réside dans les deux colonnes de granit soutenant les linteaux en bois. La chapelle funéraire en pierre du XVIIème est construite dans le style Renaissance. La famille Tigeon y est inhumée depuis le début du XIXe siècle. Son enclos renferme un calvaire où sont sculptés quatre personnages. Un calvaire jouxte la chapelle.

Château de Chef-du-BoisChâteau du Chef-du-Bois

Le château de Pen-ar-Hoat, chef du bois en breton, est construit sur l'emplacement d'un ancien manoir dit du Plessis, qui est le lieu de naissance d'Azo Du Plessis, épouse d'Héloury et mère de Saint Yves. Seul un colombier subsiste de ce manoir. La construction du château, qui date de 1867, est une importante entreprise. De nombreux pommeritains améliorèrent leurs revenus en participant au transport des pierres de l'Ile Grande déchargées à Pont Rod. Depuis 1962, le château est affecté à l'enseignement . Il accueille le Lycée.

Moulins

Onze moulins ont été recensés sur la commune dont les moulins à eau de Kermezen, Bourette, Penancoat, Coat-Nevez (ou Coat-Nevenez), Trojody, Poulohou, du Rumain, de Trézéan. Le moulin de Trézéan, en pierre et bois de hêtre, est situé à la limite de Pommerit-Jaudy et de Ploëzal, en bordure du Bizien. À l'origine, la maison attenante est alors recouverte de chaume et les dépendances de tuiles. Vers 927, le moulin ne parvient plus à satisfaire le besoin en farine des boulangers, le meunier doit abandonner sa licence de blé et moudre uniquement des céréales secondaires. Après la Seconde Guerre Mondiale, les fermiers achètent des concasseurs, ce qui entraîne l'abandon total du moulin. D'un diamètre de quatre mètres, la roue comporte 36 godets. Les meules et les roues dentées d'origine sont à l'intérieur du moulin.

Pont au Launay

Le pont en pierre qui surplombe la route de Penar- Hoat est le dernier vestige de la ligne de chemin de fer. La réalisation de celle-ci commence en 1902. Établie entre Plouëc-du-Trieux et Tréguier, elle fonctionne de 1905 à 1939. Le trafic est constitué de charbon, de pommes, d'engrais et de lin.

Pont au Launay

Ferme de Coat-RoganFerme de Coat Rogan

La porte de l'habitation, encadrée de deux pilastres et coiffée d'un fronton mouluré, est conçue dans le style Renaissance. La ferme de Coat-Rogan était au XVe siècle un relais de poste.

Chapelle Saint-Antoine

Le choeur de cette chapelle est l'élément le plus ancien, tandis que la nef est érigée un siècle plus tard. La chapelle possèdait cinq fenêtres à linteaux échancrés, caractéristiques du XVIIIe siècle. La chapelle abrite un tableau, oeuvre du peintre Anthoine Caffrely et daté de 1788. La peinture sur mur intitulée "Vie de saint Antoine", œuvre du peintre Ernest Perrot, date de 1937.

Chapelle Saint-Antoine

Chapelle Saint-Dogmaël de Kerozeth

Cette chapelle, située près de Kerrod, date du XVIème siècle. Le clocher mur a une chambre de cloche. Un calvaire a été élevé à proximité de la chapelle.

Chapelle Saint-Dogmaël de Kerozeth

Chapelle de Folgoat-Dewet

Située au lieu-dit Pen an Run, cette chapelle date du XVIIIème siècle. Un calvaire a été élevé à proximité.

Chapelle de KermezenChapelle de Kermezen

En 1632, Henry de Kermel et sa femme Françoise de la Noë, fait construire une chapelle dédiée à Sainte-Anne. Certains descendants de la famille y sont enterrés. Deux calvaires entourent la chapelle. Une chapelle en schiste de 1638 jouxte le château. Les armoiries de la famille de Kermel, originaire du manoir de Kermel, à Pleubian, sont peintes sur des murs intérieurs de la chapelle. Y figurent toutes les alliances de cette famille, depuis son arrivée à Pommerit-Jaudy.

Croix de Croas-ar-Loro

Cette croix, qui porte gravée sur le socle la date de sa restauration, 1828, se trouve au milieu de la voie romaine. En breton, Croas-ar-Loro signifie croix des lépreux. En effet, une léproserie existait à proximité, et la croix marquait la limite que les lépreux ne devaient pas franchir.

Croix de Croas-Person

Brisée à la Révolution, cette croix monolithique est reconstruite ensuite. Le Christ porte une jupe à la taille, ce qui est caractéristique des représentations christiques sous Louis XIV.

Croix de Kroas Ruz

Ce calvaire est démantelé à la Révolution. Il est remonté vers 1820, sur un fût de granit de dimensions plus massives qu'à l'origine. Aux quatre angles du socle, sont sculptés les apôtres Pierre, Paul, André et Jacques. Outre les calvaires cités ci-dessous, de nombreux autres existent sur la commune, témoignant de la dévotion religieuse de la population. Ces ensembles sont généralement en bon état, les habitations ayant souvent fait l'objet de restaurations respectueuses tandis que les dépendances ont été transformées en habitation, en gîtes ou ont conservé leur qualité d'annexes. De nombreuses granges situées au sein de périmètres d'exploitation en activité ont été recensées comme intéressantes du point de vue patrimonial. La loi Urbanisme et Habitat permet de repérer le bâti présentant un intérêt architectural afin permettre sa transformation en habitation une fois l'activité agricole cessé. Cette disposition vise à favoriser la réhabilitation du patrimoine local. La qualité patrimoniale des maisons de bourg anciennes est également à souligner. Enfin, ce que l'on nomme « petit patrimoine » est également présent sur le territoire communal : nombreux linéaires de talus-mur, puits, routoirs, lavoirs, etc.